Posts Tagged ‘musset’

Qu’est-ce que la poésie ?

Vaste question qui me taraude depuis quelques jours. Évidemment, il semble impossible de répondre précisément. Une réponse trop marquée serait de toutes façons incomplète. La poésie se référant aux émotions, aux sentiments, elle ne peut avoir de définition universelle.

Si l’on se réfère à l’étymologie, « poésie » vient du grec « poieien » qui signifie « créer ». Nous avons là une jolie étymologie, qui fait du poète un créateur, un inventeur.

La poésie est considérée comme un art : l’art d’exprimer ses sentiments, l’art de manier les mots, l’art de leur donner un sens, de créer des formes grammaticales. La poésie, dans l’acceptation populaire, a une forme bien à elle et comporte généralement des rimes.

Mais de nombreux auteurs ont décidé de se jouer de ses codes pour donner à la poésie, une dimension visuelle, en plus d’une dimension sonore. Oubliés le quatrain, oubliés l’alexandrin ! Bonjour au calligramme. Même si le calligramme a été réinventé par Apollinaire, de nombreux auteurs avant lui, notamment Rabelais, se sont emparés de ce moyen d’expression.

Moderne, différente (transgressive peut être ?) cette représentation poétique tranche avec le classicisme de la poésie de l’époque.

On voit donc là que chacun a sa propre conception de la poésie, nous l’avons vu à de nombreuses reprises sur ce blog. De la poésie extrêmement classique à la poésie plus contemporaine, de la poésie lyrique à une poésie engagée et dénonciatrice, la poésie est ce que chacun d’entre nous en fait.

Pour conclure, je vais laisser les derniers à Mr de Musset, qui à travers son poème « Impromptu« , répondait à la question : qu’est-ce que la poésie ?

Chasser tout souvenir et fixer la pensée,
Sur un bel axe d’or la tenir balancée,
Incertaine, inquiète, immobile pourtant;
Eterniser peut-être un rêve d’un instant;
Aimer le vrai, le beau, chercher leur harmonie;
Ecouter dans son cœur l’écho de son génie ;
Chanter, rire, pleurer, seul, sans but, au hasard ;
D’un sourire, d’un mot, d’un soupire, d’un regard
Faire un travail exquis, plein de crainte et de charme,

Faire une perle d’une larme :

Du poète ici-bas voilà la passion,
Voilà son bien, sa vie et son ambition.

« Derniers vers » – Alfred de Musset

Qui ?

Alfred de Musset est un auteur français du XIXe siècle, fer de lance du Romantisme. Etre tourmenté et torturé, il a livré des oeuvres d’une grande profondeur, miroir de la société dans laquelle il vivait. Musset vit une passion dévorante avec George Sand.

Après des débuts difficiles au théâtre, Musset sombre peu à peu dans l’acoolisme. Cependant, c’est entre 1835 et 1837 qu’il compose son chef d’oeuvre lyrique « Les Nuits », qui mêle douleur, passion et inspiration.

Grâce à ses amitiés, il devient successivement bibliothécaire du ministère de l’intérieur en 1838, puis bibliothécaire du ministère de l’instruction publique sous le Second Empire.

Musset est élu à l’Académie française en 1852, après deux échecs en 1848 et en 1850.

Quoi ?

L’heure de ma mort, depuis dix huit mois,
De tous les côtés sonne à mes oreilles.
Depuis dix huit moi d’ennuis et de veilles,
Partout je le sens, partout je la vois.
Plus je me débats contre ma misère,
Plus s’éveille en moi l’instinct du malheur ;
Et dès que je veux faire un pas sur terre,
Je sens tout à coup s’arrêter mon coeur.
Ma force à lutter s’use et se prodigue ;
Jusqu’à mon repos, tout est un combat ;
Et comme un coursier brisé de fatigue,
Mon courage éteint chancelle et s’abat.